Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Ecole SAINT-EXUPERY LINSELLES 59126

Journal de bord des élèves de l'école Saint-Exupéry de Linselles : actions, animations, spectacles, sorties, voyages...

Publié le par Le directeur
Publié dans : #Education à la santé

Après la publication d'un rapport sur l'état des toilettes dans les écoles et les conséquences sur la santé des enfants, de nombreuses réactions ont été enregistrées. En effet, La moitié des élèves de CM1 et CM2 se plaignent de maux de ventre parce qu'ils ne veulent pas aller aux toilettes de leur école, arguant du manque d'hygiène ou d'intimité notamment, selon le 12e rapport annuel de l'Observatoire national de la sécurité des établissements (ONS), publié mardi.


57 % des enfants dénoncent la saleté
L’Observatoire national de la sécurité et de l’accessibilité des établissements d’enseignement a enregistré 865 réponses d’établissements dans 55 départements, à ses questions. La grande majorité (plus de 81 %) est équipée de toilettes type «cuvette», seules 16,4 % des écoles sont équipées à la fois de toilettes de type «cuvette» et «à la turque». Très peu d’écoles (1,8 %) ne disposent que de sanitaires «à la turque». Dans plus d’un quart des écoles (29,5 %), il n’y a pas de blocs sanitaires séparés pour les filles et les garçons. On note la présence de sanitaires dans la cour ou dans le préau dans 78 % des écoles. Les sanitaires de 12,8 % des écoles n’ont pas de savon. Il n’y a pas de papier toilette dans 48 écoles. Pour les enseignants, la propreté des sanitaires est satisfaisante dans 80,7 % des écoles, tandis que le manque de propreté est signalé par 57% des enfants.

 
Cécile Duchemin, médecin de l’éducation nationale, explique comment le manque de propreté génère des problèmes de santé.

Que se passe-t-il derrière les portes - qui souvent ne ferment pas - des toilettes à l’école ? Problèmes urinaires, accidents, manque d’intimité, de propreté sont mis en évidence dans le rapport 2007 de l’Observatoire national de la sécurité et de l’accessibilité des établissements d’enseignement. C’est d’ailleurs l’une des conclusions les plus alarmantes de cette commission qui passe au crible tout ce qui concerne la sécurité, la santé, l’hygiène des enfants et adolescents. Elle s’appuie sur des comptes rendus d’urologues, des enquêtes fouillées de médecins scolaires… Expert auprès de la commission de l’observatoire, le docteur Cécile Duchemin est médecin de l’éducation nationale depuis 1977, quand, explique t-elle, «nombre d’écoles étaient encore sans aucun confort». Des efforts considérables ont beau avoir été faits, le docteur Duchemin et l’ensemble des rapporteurs parlent tout de même d’un «problème de santé publique». Etat des lieux.

 

Qu’est-ce qui vous a le plus frappée au cours de cette enquête ?

L’évidence est que de l’état des sanitaires à l’école dépend l’état de santé des enfants : sur les 24 781 élèves de CM1 et CM2, 18,8 % disent avoir été chez le médecin pour des problèmes urinaires ou de constipation, en grande majorité des filles (23,1 % pour 14,7 % de garçons). La moitié des élèves disent utiliser les toilettes occasionnellement, quand ils ne peuvent faire autrement. Sans parler évidemment des accidents corporels : pendant l’année 2005-2006, 298 accidents dans les sanitaires ont été recensés pour les élèves du CP au CM2, en majorité aux heures de récréation ou de repas, et la plupart de ces accidents ont demandé une consultation médicale. Membres supérieurs, doigts, tête, face, dents, plaies, sectionnements, etc, ce ne sont pas des tout petits bobos.

 

On parle donc d’un problème de santé publique ?

Oui, il est juste de penser que les 18,8 % d’enfants qui ont consulté pour ces problèmes ont dû subir plusieurs analyses, des traitements antibiotiques, parfois des examens d’imagerie. Je me souviens d’une conférence en 1999 du professeur Michel Averous, pédiatre et urologue au CHU de Montpellier, qui intervient aussi dans le rapport sur le thème «troubles mictionnels, infection urinaire de la fillette et école : attention danger». Il relatait le cas de la petite Julie, 8 ans, atteinte d’une infection urinaire chronique, parce qu’elle a appris progressivement à se retenir à l’école : la porte ne ferme pas, il n’y a pas de papier, une copine doit tenir la porte, on n’est pas à la maison. Et le professeur conclut que cette pathologie représente un tiers des consultations en uropédiatrie, que cela pose un réel problème de santé publique. Tout comme le docteur Lenoir, médecin de l’Education nationale qui a étudié «l’incontinence urinaire de la jeune fille nullipare : état des lieux dans un collège», expliquant la fréquence de problèmes urinaires par l’état déplorable des toilettes des établissements observés pour son enquête.

 

Que peut-on faire pour améliorer cette situation ?

L’équipement des sanitaires est capital : il doit y avoir du papier toilette, de quoi se laver et s’essuyer les mains. Ce n’est pas toujours le cas pour des raisons que l’on peut comprendre, le gaspillage, entre autres. L’entretien des locaux, aussi, relevant de la compétence des personnels et du devoir des élèves de les garder propres. Aux élèves aussi de respecter l’intimité des autres. Il faut améliorer la surveillance, aussi, devenue délicate à cause des problèmes de responsabilité qui se posent aujourd’hui, je pense aux questions de pédophilie. Enfin, l’accès aux toilettes doit être facilité, y compris pendant les cours.

Le rapport explique clairement que c’est aux enseignants, aux parents de se sensibiliser sur cette question.

Oui, le sujet des sanitaires ne doit plus être un sujet tabou. Aux enseignants de veiller au fil de la journée à l’état des lieux, qui doivent être propres, filles et garçons séparés. D’inciter les enfants à y aller à chaque récréation, de les laisser sortir facilement aux heures de classe. Les enfants ne doivent jamais passer une matinée ou une après midi sans aller aux toilettes, et vider complètement leur vessie. A la maison, les parents doivent observer leurs enfants : ont ils au ventre après l’école ? Vont-ils très vite aux toilettes en rentrant ? Et à tous d’enseigner aux enfants à aller régulièrement aux toilettes. Comment être attentif en classe quand on se retient et qu’on a mal au ventre ?

 
Le ministre, Xavier Darcos a également réagi à la publication de ce rapport. Il prévoit une "charte" pour la propreté des toilettes à l'école.

Le ministre de l'Education, Xavier Darcos, a annoncé mercredi qu'il allait "se mettre d'accord avec les familles et les communes" sur une charte qui définira la "qualité et la propreté" des toilettes à l'école. 
M. Darcos réagissait sur RMC et BFM au rapport annuel de l'Observatoire national de la sécurité des établissements (ONS), publié mardi, qui a révélé que la moitié des élèves de CM1 et CM2 se plaignaient de maux de ventre parce qu'ils ne voulaient pas aller aux toilettes de leur école en raison des odeurs, de la saleté et de la promiscuité. 
"Nous avons eu là une alerte", a ajouté le ministre de l'Education qui a assuré que "cette affaire sera réglée à la rentrée".

++++++++++++++++++++++++++++++


Et à l'école Saint-Exupéry ?

Notre établissement compte trois blocs sanitaires dont deux comportent des parties séparées (filles et garçons). A l'image de l'ensemble de l'école, ils sont tenus dans un état de propreté remarquable (entretien complet quotidien).
Leur équipement a également fait l'objet d'une réflexion approfondie afin de respecter toutes les mesures d'hygiène : distributeurs de papier toilette,de papier essuie-mains et de savon liquide.
 
 

undefined

Haut de page

Voir les commentaires

Publié le par Le directeur
Publié dans : #Education à la santé

Mardi 22 janvier, Madame Christiane Dumont, adjointe au maire, a présidé la réunion du comité de gestion du restaurant scolaire. Ce comité rassemble des élus et administratifs de la Ville, les directeurs des écoles de la commune (publiques et privées), les représentants de parents, des responsables de la société de restauration, le chef de cuisine ainsi que des membres de son personnel.
Les écoles Jacques Prévert et Saint-Exupéry étaient fortement représentées par les enseignants, parents mais aussi par deux délégués d'élèves : Albane et Alexis.
 

undefined

 

Albane rapporte les doléances de ses camarades

Au cours de cette réunion, les menus ont été passés en revue et modifiés, si nécessaire. La diététicienne de la Société Dupont Restauration a rappelé la réglementation à respecter dans les collectivités. Ainsi, sur 20 repas, les menus doivent comporter 10 crudités, 10 féculents, 12 fromages et 8 fruits.
Sur proposition de parents de l'APE et avec l'avis favorable de la diététicienne, il a été décidé de supprimer les pommes de terre en accompagnement de féculents. En effet, il n'est pas logique de proposer 2 féculents dans un même plat. 

                                                                Haut de page 

Voir les commentaires

Publié le par Le directeur
Publié dans : #saint-exupery-linselles

A plusieurs reprises, nous avons eu l'occasion de présenter la garderie périscolaire de Saint-Exupéry. Chacun sait combien elle est appréciée par les enfants et leurs parents. Chaque fête est l'occasion pour ses responsables, Sabine et Véronique, d'organiser une activité sur un thème particulier. A Noël, les enfants sont appelés à décorer leur local qu'ils transforment en un bel écrin douillet...

Dans l'attente de la distribution de jeux de société...

L'armoire "magique"...

Certains ont choisi de s'affronter dans de mémorables parties de baby-foot...

 
Haut de page

Voir les commentaires

Articles récents

MENUS de la semaine

Lundi 16 octobre

---

Macédoine de légumes

---

Sauté de volaille aux champignons "steak de quinoa"

---

Semoule et piperade

---

Brie - Fruits de saison

 

Mardi 17 octobre

---

Rillettes et biscottes

---

Omelette sauce tomate

---

Coquillettes et fondue de poireaux

---

Fromage rapé

---

Compote de pomme

 

Jeudi 19 octobre

---

Potage de légumes

---

Steak haché sauce poivre " crêpe au fromage"

---

Purée et salade

---

Petit suisses nature sucrés

---

 

Vendredi 20 octobre

---

Tomate vinaigrette

---

Filet de poisson Meunière

---

Pomme de terre et Brocolis

---

Mimolette  - Beignet parfum choco-noisette

 

 

 

 

 

 

 

 

Hébergé par Overblog